Au jeu du « ni OUI ni NON », les Chinois seraient à chaque fois gagnants ! Et pour cause, il n’existe pas un mot unique, précis pour dire oui ou non. En effet, l’affirmation ou la négation se dit avec des mots différents selon la question posée… Cela peut paraître compliqué présenté ainsi mais en fait, pas tant que ça puisqu’il suffit de reprendre le verbe contenu dans la question pour répondre de façon « correcte », grammaticalement parlant.

Voici un mémo pédago pour vous aider à vous y retrouver :

Dans le cas général présenté, vous constatez donc que (pratiquement) n’importe quel verbe constitue à lui-seul une réponse positive (ou négative en lui ajoutant le suffixe de la négation devant), ce qui fait qu’il y a plusieurs façons de dire oui (ou non) en chinois !

L’aspect le plus « délicat » est peut-être alors lorsque l’on est débutant d’identifier le verbe dans la phrase 😉 Comme dans la structure française, il est souvent placé après le sujet c’est-à-dire en 2ème position dans la phrase. A noter que certains verbes sont formés d’un seul caractère (donc une seule syllabe – exemple : 去qù, aller) mais souvent de deux caractères (donc deux syllabes – exemple : 喜欢xǐ huān, aimer).

Rappel, le chinois est une langue monosyllabique, c’est-à-dire qu’un caractère chinois = une syllabe à prononcer.

Exemples :

Autres exemples dans le chapitre 5 du manuel d’apprentissage  du chinois Beijing Cursus, tome 1.

Sur le plan culturel, il faut savoir qu’un Chinois sera plus facilement enclin à répondre « positivement » à une question posée que négativement de peur de « déplaire » ou de se montrer désagréable vis-à-vis de son interlocuteur. Il trouvera une tournure pour refuser ou décliner poliment… Un autre mémo pédago à découvrir la prochaine fois sur nos pages actualités ! 😉