Zhōu Yǒuguāng en 2012 (Crédit photo : wikipédia)

Ce week-end des 13 et 14 janvier est un week-end de commémoration important pour le rayonnement du chinois mandarin 汉语 hàn yŭ promu comme langue officielle en 1956. C’est en effet le premier anniversaire de la disparition, au lendemain de ses 111 ans, du père du Pinyin, grâce à qui, nous avons pu « lire », les caractères 汉语. Né le 13 janvier 1906, le linguiste, écrivain et économiste 周有光 Zhōu Yǒuguāng, de son nom de plume, lègue un système de transcription alphabétique du chinois reconnu comme universel, remplaçant dès lors 1er système anglais de romanisation du chinois connu des noms de ses auteurs, Wade-Giles, jusqu’alors utilisé.

Ainsi, la transcription phonétique du fondateur de la République populaire de Chine 毛泽东est passée de Mao Tsé-Toung à Máo Zédōng.

Voyons sur quelle base se prononce le pinyin puis les grandes règles qui s’appliquent en la matière.

Lire le pinyin, du bon usage de la méthode syllabique

Le système du pinyin, comme vu dans la première partie, repose sur les 25 lettres de notre alphabet (moins la lettre v non utilisée). C’est l’assemblage de ces lettres qui forme une syllabe… De ce fait, l’apprentissage de la lecture se fait comme selon notre bonne vieille méthode syllabique c’est-à-dire par assemblage de sons des lettres pour obtenir une syllabe.

Exemples avec une syllabe constituée de 2 parties (initiale + finale) : (cliquez sur les caractères pour entendre la prononciation)

s + ān ==> sān comme pour prononcer le sinogramme 三 (trois)

x + īng==> xīng comme pour prononcer le sinogramme 星 (étoile)

Ces 2 syllabes réunies nous donnent l’occasion de vous indiquer comment les Chinois « traduisent » la fameuse marque sud-coréenne aux 3 étoiles, Samsung ! Ils l’appellent 三星sān xīng tout simplement !

Exemples avec une syllabe constituée de 3 parties (initiale + tête de finale+ finale) : (cliquez sur les caractères pour entendre la prononciation)

Il faut d’abord prononcer la syllabe formée par l’initiale + la tête de finale, puis accentuer le son obtenu par la finale en fin de prononciation.

d + i + ǎn ==> diǎn comme pour prononcer le sinogramme  (heure /point /goutte /peu)

j + i + ǔ ==> jiǔ comme pour prononcer le sinogramme  (neuf [le chiffre])

Comment lire un mot constitué de plusieurs caractères ?

Il faut savoir que pour les mots constitués de plusieurs caractères (2, 3 voire 4), il est courant de voir s’écrire l’ensemble des syllabes «toutes attachées» pour montrer qu’il s’agit d’un seul mot. Par exemple, le mot « France » qui est constitué de 2 caractères donc 2 syllabes, 法国, est transcrit en pinyin avec les 2 syllabes toutes attachées ==> fǎguó.

A contrario, le mot piào pour prononcer signifiant « joli » se dit en une seule syllabe. S’il y avait eu une apostrophe entre pí’ǎo, cela correspondrait alors au mot composé « veste fourrée« 皮袄. Il y a donc lieu de faire attention lorsqu’il y a des syllabes avec les voyelles “a”, “o” ou “e” qui se suivent.

Pour éviter tout malentendu et bien indiquer qu’un caractère = une syllabe, la méthode Beijing Cursus a choisi de mettre un espace pour bien distinguer chaque syllabe et ainsi faciliter la prononciation. Ainsi pour les caractères 法国, nous écrivons fǎ guó en 2 syllabes distinctes et idem pour皮袄, qui est transcrit selon notre méthode en pí ǎo avec un espace entre les 2 syllabes.

L’intonation et la position de l’accent

Le chinois est une langue syllabique… et tonale. C’est grâce aux 5 tons (4 + 1 neutre) que se différencie la signification des mots.

Pour vous aider à les distinguer, voici une petite présentation sous forme de smileys suggérant l’intonation à adopter. Leur bouche représente les différents accents mis selon l’ordre conventionnel :

 

 

 

 

 

Mais où se place exactement cet accent sur la syllabe ? La règle essentielle à retenir est que l’accent est mis sur une des voyelles de la finale en respectant ces priorités :

Les finales Exemples de pinyin Position de l’accent
Une seule voyelle a, o, e, i, u, ü bā(八), tí(提) sur la voyelle
Plusieurs finaux ai, –ei, –ao, –ou bāi(掰), bēi(杯) sur la voyelle du milieu
-ia, -ie, -ua, -uo, -üe jiā(家), ɡuó(国) sur la voyelle de fin
-iao, -uai jiāo(交), ɡuāi(乖) sur le “a
-iou, -uei, -iu, -ui niú(牛), ɡuī(归) sur la voyelle de fin
Particularité un lùn(论) sur le “u

L’accent spécial sur le “ü”

4 types d’accent correspondant aux 4 tons viennent d’être présentés mais la lettre « u » a la particularité de pouvoir être surmontée, en plus, d’un accent spécial appelé tréma (deux points au-dessus). Il peut dès lors se présenter ainsi : Ǖ / Ǘ / Ǚ / Ǜ.

Avec ou sans tréma, comment cela se prononce t-il ?

  • “ü” avec tréma se prononce comme notre son [u]
  • “u” sans tréma se prononce alors comme notre son [ou].

Mais après certaines initiales, le tréma sur le « u » est supprimé alors même qu’il faut prononcer la voyelle comme le [u] en français. Ainsi en est-il après les consonnes j, q et x. Après l’une de ces 3 consonnes, pas besoin de mettre le tréma pour avoir le son [u].

Voici un tableau présentant les différents cas de figure :

ü [u] u [ou]
j, q, x ju, qu, xu n’existe pas
n, l nü, lü nu, lu
b, p, m, f, d, t, zh, ch, sh, r, z, c, s n’existe pas bu, pu, mu, fu, du, tu, zhu, chu, shu, ru, zu, cu, su

 

En résumé, ju, qu, xu se prononcent avec le son [u] ainsi que , , seules les lettres n et l doivent être surmontées d’un tréma pour avoir le son [u].

S’il n’y a pas de tréma sur le u après les lettres n et l, alors c’est le son [ou] qu’il faut prononcer. Les syllabes nu et lu se prononcent donc avec le son [ou] comme pour bupu, mu, fu, du, tu, zhu, chu, shu, ru, zu, cu, su.

Il y a encore d’ autres règles à savoir sur le pinyin… cela fera l’objet d’une troisième partie à suivre 😉

En attendant, une pratique pédagogique importante à adopter d’emblée : toujours apprendre le caractère chinois en parallèle du mot transcrit phonétiquement de façon à ne pas vous tromper de signification, ne serait-ce que pour sélectionner le bon caractère au moment où vous taperez le pinyin sur le clavier, car une syllabe peut donner lieu à différents caractères donc des sens différents !

Exemples :

  • le pinyin bìng correspond à plusieurs caractères possibles :
    •  并 de plus, ailleurs
    • tomber /être malade
    • rejeter / abandonner
  • le pinyin cháng correspond à plusieurs caractères possibles :
    • souvent
    • aire ou spécificateur
    • long
    • intestin

 

Pour apprendre le pinyin associé au « bon » caractère, procurez-vous le manuel d’apprentissage Beijing Cursus, Tome 1 (niveau 1 du HSK pour débutants et faux-débutants), 6 mois d’accès aux ressources numériques sont offerts.

xià cì jiàn !

下次见 !

A la prochaine fois !